Non classé

Pourquoi il faut aller voir La La Land à Hérouville-Saint-Clair (où ça ?)

Je crois que je suis atteinte d’un mal étrange.

la-la-land

Dans les kiosques à journaux, sur les Unes des magazines culturels. Dans la rue, sur des affiches avec des mots énormes, gigantesques. A la télévision, avec Emma Stone qui soulève un trophée, Ryan Gosling qui rigole en interview. Sur les blogs, sur Twitter, sur Facebook, dans les critiques des quotidiens…

Alors, que dire de plus quand tout a déjà été encensé, vilipendé, décortiqué ? Quand tout le monde a déjà vu le making-of de la première séquence sur l’autoroute ou la technique de Damien Chazelle pour faire son travelling filé ?

la-la-land2

Heureusement, je l’ai vu dans une salle super, qui mérite à elle seule un article.

– Elle va quand même pas nous faire un article sur cette salle
alors qu’on attendait une critique de La La Land ?

– Oh, tu sais, je l’ai déjà vu faire de ces trucs… 

La Normandie, vous situez ? Caen, vous voyez ? Et bah, juste à côté, à 7 minutes-GPS-de-l’IPhone-en-main, tu arrives à Hérouville-Saint-Clair…sur un super parking. Vraiment. Avec plein de places. Et tu l’observes bien ce parking, parce que tu as beau regarder à gauche et à droite, tu ne le voies pas, le cinéma.

Faut dire que le Café des images est planqué, enfermé dans une place cachée des regards des automobilistes. C’est un peu son écrin. Parce que, rien qu’en voyant sa façade, tu devines que ce cinéma est un petit bijou.

herouville

Ça, c’est depuis la fameuse place fermée (photo : site de la mairie d’Hérouville).

herouville2

Et ça, c’est l’entrée visible depuis le tram par laquelle je ne suis pas passée, parce que faut pas charrier, c’était trop facile à trouver sinon.

Et, dans ce cinéma, La La Land est projeté dans une salle…

cafe-des-images-fleurs

… Entièrement fleurie (crédit : Karl Charrue).

Ça fait un petit choc en entrant. Et puis, pendant tout le film. Et aussi après la séance.

Parce qu’une salle comme ça, je n’en avais jamais vu. C’est gonflé, vintage… et pas mal, en fait. Un peu comme La La Land.

La salle a piqué sa tapisserie à mémé ? La La Land vole sans état d’âme à ses aînés, dérobant un peu à West Side Story, énormément à Chantons sous la pluie, et puis, pourquoi pas à Casablanca (etc etc)…

Oui, mais ce qui est génial avec cette salle, c’est qu’elle est dans un cinéma super moderne. Comme La La Land, qui contient des passages colorés faisant référence à des comédies d’antan, mais dont toute l’audace réside dans le fait qu’ils sont englobés dans une histoire contemporaine : Ryan Gosling, qui galère, crèche dans un appart minable ; Emma Stone a une Toyota Prius, comme tous ceux qui écument en vain les castings à Hollywood…

Mais, comme la vie n’est pas une comédie musicale (cf la fin du film), après 2 h et des poussières (d’étoiles, bien entendu), la magie s’évapore. Terminé l’univers coloré de La La Land et de la salle du Café des images. Dehors, la nuit est tombée et il fait froid.

Mais bon, il y a quelques lampadaires avec lesquels on peut tournoyer, comme dans Chantons sous la pluie…

La (superbe) illustration de Une vient de Chris Gash.