Cinéma, Non classé

Cousteau, l’empereur mégalo

Jacques-Yves Cousteau, c’était un bonhomme. Le bonnet rouge flottant au vent, il emmenait son équipage fouiller les fonds marins pour y extraire des documentaires, une Palme d’or et une place de chouchou dans le cœur des Français.

Bizarrement, cela fait vingt ans que l’on ne parlait plus trop de lui. Peut-être parce que les Français s’étaient détournés de son couvre-chef pour idolâtrer d’autres aventuriers (comme ceux de Koh Lanta). Ou peut-être parce qu’il est mort en 1997.

Quoi qu’il en soit, devant ce constat alarmant, Jérôme Salle a saisi comme un seul homme (qu’il était) sa caméra. Mais pas juste pour se concentrer sur le grand marin. Non. Dans « L’Odyssée », ce sera lui ET sa famille. C’est que JYC (pour les intimes) avait deux fils : Philippe, le casse-cou, et Jean-Michel, le pas casse-cou.

JYC a clairement son préféré : Philippe, qu’il n’arrête pas d’appeler tout le temps. « Philippe ! Philippe ! » Ce qui fait un peu penser à ça :

Il le trimballe un peu partout dans ses expéditions maritimes. Et là on se dit que heureusement que Philippe aimait l’eau, parce que sinon…

Odyssée YeuxOdyssée fin

Un homme bien ce Philippe. Bien et romantique : il s’assure toujours d’écrire ses lettres au soleil couchant ou le cheveu ondulant sous la brise à côté de la mère mer.

Odyssée Niney écrit romantiqueOdyssée Niney écrit

D’ailleurs, un des points forts de « L’Odyssée », c’est ça : ses plans. Il y en a vraiment de très beaux.

Odyssée wilson de dosOdyssée Koh LantaOdyssée plongeurOdyssée instrument

Et d’autres un peu plus… euh…

Odyssée wilson aaah

Malheureusement, à l’image de ces images (?!), « L’Odyssée », c’est beau, mais un peu lisse. On voulait sentir de la passion, de la tragédie. Et bah… non. Rien ne remue là-dedans, au fond du ventre. Même pas un gargouillis.

Et puis, Lambert Wilson et Pierre Niney ont beau bien jouer…

Odyssée les experts
Les Experts – Atlantique.

… c’est Audrey Tautou qui tire son épingle du jeu, en interprétant une épouse souriante et virevoltante qui se mue en vieille routière des mers sous le poids des trahisons.

Odyssée Tautou

Est-ce que cet « Odyssée » a quand même bien marché en France ? Pour les coproducteurs Marc Missonnier et Olivier Delbosc,

Odyssée deux millionsOdyssée BO

Oups.

Publicités
Non classé

Moonlight : « Vérifiez ses yeux ! »

INT. Labo – JOUR

PROFESSEUR X : Vous êtes sûr que les électrodes sont bien branchés ?

Professeur Y va vers Chippily et vérifie.

PROFESSEUR Y : Tout est bien mis.

PROFESSEUR X : Vérifiez ses yeux ! Vérifiez ses yeux !

Professeur Y regarde les yeux de Chippily.

PROFESSEUR Y : Ils sont secs.

PROFESSEUR X : Quoi ?!

PROFESSEUR Y : Ils sont secs.

PROFESSEUR X : (bougonne) Oui, j’avais entendu, merci. Mais comment… ? Les électrodes n’ont affiché aucune tristesse, ses yeux sont secs… Il y a quelque chose qui cloche.

moonlight2

Professeur X se dirige vers Chippily.

PROFESSEUR X : Comment avez-vous trouvé le film ? Comment avez-vous trouvé Moonlight ?

CHIPPILY : C’était… bien.

PROFESSEUR X : (s’étrangle) Juste bien ?

CHIPPILY : Oui.

PROFESSEUR X : Vous n’êtes pas bouleversée ? (elle secoue la tête) Ça ne vous a pas…remué l’âme ? (elle secoue la tête. Il lève les mains au ciel) Grand Dieu ! Mais il est noir ET homosexuel ! Il se fait tabasser par toute l’école ! Et sa mère est accro au crack !

Chippily reste silencieuse.

PROFESSEUR X : Ça ne vous a rien fait ?

Pas de réponse.

PROFESSEUR X : Mais les critiques sont unanimes ! Elles disent que c’est un film génial !

CHIPPILY : Oh… Il y a des choses bien. Découper l’histoire en trois volets, c’était une très bonne idée, ça permet de bien suivre le héros. Les personnages ne sont pas des stéréotypes et, en plus, ils sont riches et complexes. Et le tout est très doux. Mais… ça ne m’a pas touché.

moonlight-3

Professeur X crie.

PROFESSEUR X : Mais l’histoire d’amour ? Ça vous a quand même fait quelque chose, l’histoire d’amour ? Hein ?

CHIPPILY : Bah… C’est trop pudique. Ça ne fait qu’effleurer les sentiments. Il manque quelque chose. Quelque chose d’intense. Que ça décolle. Et puis, l’histoire du gamin rejeté par tous, on nous l’a déjà fait 100 fois, hein. C’est très beau, hein. Ça a le mérite de parler de l’homosexualité, des Noirs… Mais c’est un peu…dodelinant.

Professeur X se prend la tête dans les mains.

CHIPPILY : …Et un peu longuet.

PROFESSEUR X : SORTEZ ! Sortez tout de suite !

CHIPPILY : Mais…

PROFESSEUR X : SORTEZ !

Chippily sort. Professeur X se reprend la tête entre les mains.

PROFESSEUR X : Alors, quand c’est trop appuyé, ils nous disent : « C’est vraiment tire-larmes ». Et quand ça l’est pas, c’est : « C’est dodelinant et longuet ! » Je vous jure ! Allez, j’en ai ma claque. Venez, on s’en va.

Professeur X et Professeur Y quittent la salle. Ils claquent la porte. Derrière, un écriteau : « Département lacrimal, Hollywood ».

 

Non classé

Pourquoi il faut aller voir La La Land à Hérouville-Saint-Clair (où ça ?)

Je crois que je suis atteinte d’un mal étrange.

la-la-land

Dans les kiosques à journaux, sur les Unes des magazines culturels. Dans la rue, sur des affiches avec des mots énormes, gigantesques. A la télévision, avec Emma Stone qui soulève un trophée, Ryan Gosling qui rigole en interview. Sur les blogs, sur Twitter, sur Facebook, dans les critiques des quotidiens…

Alors, que dire de plus quand tout a déjà été encensé, vilipendé, décortiqué ? Quand tout le monde a déjà vu le making-of de la première séquence sur l’autoroute ou la technique de Damien Chazelle pour faire son travelling filé ?

la-la-land2

Heureusement, je l’ai vu dans une salle super, qui mérite à elle seule un article.

– Elle va quand même pas nous faire un article sur cette salle
alors qu’on attendait une critique de La La Land ?

– Oh, tu sais, je l’ai déjà vu faire de ces trucs… 

La Normandie, vous situez ? Caen, vous voyez ? Et bah, juste à côté, à 7 minutes-GPS-de-l’IPhone-en-main, tu arrives à Hérouville-Saint-Clair…sur un super parking. Vraiment. Avec plein de places. Et tu l’observes bien ce parking, parce que tu as beau regarder à gauche et à droite, tu ne le voies pas, le cinéma.

Faut dire que le Café des images est planqué, enfermé dans une place cachée des regards des automobilistes. C’est un peu son écrin. Parce que, rien qu’en voyant sa façade, tu devines que ce cinéma est un petit bijou.

herouville

Ça, c’est depuis la fameuse place fermée (photo : site de la mairie d’Hérouville).

herouville2

Et ça, c’est l’entrée visible depuis le tram par laquelle je ne suis pas passée, parce que faut pas charrier, c’était trop facile à trouver sinon.

Et, dans ce cinéma, La La Land est projeté dans une salle…

cafe-des-images-fleurs

… Entièrement fleurie (crédit : Karl Charrue).

Ça fait un petit choc en entrant. Et puis, pendant tout le film. Et aussi après la séance.

Parce qu’une salle comme ça, je n’en avais jamais vu. C’est gonflé, vintage… et pas mal, en fait. Un peu comme La La Land.

La salle a piqué sa tapisserie à mémé ? La La Land vole sans état d’âme à ses aînés, dérobant un peu à West Side Story, énormément à Chantons sous la pluie, et puis, pourquoi pas à Casablanca (etc etc)…

Oui, mais ce qui est génial avec cette salle, c’est qu’elle est dans un cinéma super moderne. Comme La La Land, qui contient des passages colorés faisant référence à des comédies d’antan, mais dont toute l’audace réside dans le fait qu’ils sont englobés dans une histoire contemporaine : Ryan Gosling, qui galère, crèche dans un appart minable ; Emma Stone a une Toyota Prius, comme tous ceux qui écument en vain les castings à Hollywood…

Mais, comme la vie n’est pas une comédie musicale (cf la fin du film), après 2 h et des poussières (d’étoiles, bien entendu), la magie s’évapore. Terminé l’univers coloré de La La Land et de la salle du Café des images. Dehors, la nuit est tombée et il fait froid.

Mais bon, il y a quelques lampadaires avec lesquels on peut tournoyer, comme dans Chantons sous la pluie…

La (superbe) illustration de Une vient de Chris Gash.